L'article

16
sept
2015

50 Cent n’a plus un rond (ou presque)

Le rappeur et businessman de la côte Est a demandé à être placé en faillite personnelle.

50 Cent n’aura jamais aussi bien porté son pseudonyme. Jackson Curtis James III de son vrai nom, rappeur, producteur et - c’est officiel - piètre businessman new-yorkais, vient en effet de demander à être placé en faillite personnelle.

C’est un gros revers (envers ?) de la médaille dans la face de ce 50 Cent dont le premier album, en 2000, s’intitulait "The power of dollar". Un artiste que "l’Obs" avait rencontré à Paris, alors qu’il venait y présenter son casque haut de gamme "SMS audio", élaboré par une entreprise spécialisée qu’il avait rachetée. Un secteur alléchant qui a été l’une des providentielles mannes de Dr. Dre avec ses "Beats". Mais qui doit sonner aujourd’hui aux oreilles de "Fifty" comme le glas de ses espoirs de faire un max de blé avec du son.

Car les affaires, c’est comme les casques : ça prend la tête. La nôtre, tout d’abord, puisque le très sérieux magazine "Forbes" plaçait cette année 50 Cent en quatrième position des plus vigoureux rappeurs sur le plan financier, après Diddy, Dr.Dre (encore...) et Jay Z à qui le mag’ américain attribuait respectivement des matelas de 735, 700 et 550 millions de dollars. Quant à 50 Cent, il se voyait crédité d’une fortune de 155 millions de dollars.

Las, ce sont les aléas des affaires et nous, pas plus que "Forbes", ne disposons de tous les éléments de la comptabilité du très doux (c’est vrai, si si : il est très doux en interview) artiste de 40 ans... Mais ses dettes se monteraient à plusieurs dizaines de millions de dollars. 50 Cent, c’est fou, a pourtant bien dû faire profil bas en déclarant forfait face au fisc (et à ses furieux créanciers, forcément). Le 26 mai dernier, rappelle le "Wall Street Journal", il avait placé sa société "SMS Promotions LLC" sous la protection de la loi sur la faillite. Bref, en bon père de famille, notre homme met à l’abri ses biens dans une période où il pourrait encore perdre de l’argent, voire en perdre plus qu’il n’en a.

En effet, celui qui déclarait en début de carrière "Je trouve de quoi vivre par tous les moyens", a affaire avec la justice pour une affaire de sex tape. Voilà une semaine, 50 Cent a en effet été condamné à verser 5 millions de dollars de dommages à Lastonia Leviston pour avoir diffusé sur son site web ses ébats avec cette dernière. Un coup bas adressé au compagnon d’alors de Lastonia, le rappeur Rick Ross, son ennemi juré de l’époque.

Créanciers

Comme, généralement, le placement en "faillite personnelle", met un coup d’arrêt aux poursuites et à la cavalcade des créanciers, l’avocat du rappeur, William A. Brewer III, est confiant : Cette demande [...] permet à M. Jackson [50 Cent] de poursuivre ses différentes activités commerciales ainsi que son travail en tant qu’artiste, alors qu’il poursuit une restructuration ordonnée de ses affaires financières". En attendant de redécoller, l’interprète du tube "In Da Club" ne fait plus vraiment partie de celui des millionnaires. Pour l’heure, la star east coast fait en tout cas escale en classe low cost.

Jean-Frédéric Tronche

Source : Le nouvel Obs



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 32 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration