L'article

4
juil
2016

62 super-riches possèdent autant que la moitié de la planète

Le rapport sur les inégalités d’Oxfam révèle que le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépasse désormais celui des 99% restants. L’ONG appelle les participants au Forum de Davos à se mobiliser contre les paradis fiscaux qui privent les États de ressources importantes.

Lors de l’ouverture du forum de Davos, l’ONG Oxfam a publié un rapport accablant sur la répartition des richesses dans le monde. « L’écart entre la frange la plus riche et le reste de la population s’est creusé de façon spectaculaire au cours des douze derniers mois » selon le rapport d’Oxfam intitulé « Une économie au service des 1% ».

Le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépasse désormais celui des 99% restants. L’ONG avait prédit que ce phénomène serait observé en 2016. Il l’a été avec un an d’avance sur ses prévisions. La concentration des richesses s’est tant accélérée ces dernières années que « 62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale » alors que ce chiffre était de 388 il y a cinq ans.

190 milliards de recettes perdues or les Etats

62 individus, dont 53 hommes, possèdent donc autant de richesses que les 3,5 milliards de personnes les plus pauvres du monde.

La moitié des super-riches vivent aux États-Unis et 17 sont originaires d’Europe. Les autres viennent de Chine, du Brésil, du Mexique, du Japon et l’Arabie saoudite.

Pour Winnie Byanyima, directrice d’Oxfam international, « le monde est devenu plus inégalitaire et la tendance s’accélère ». L’ONG dénonce le rôle des paradis fiscaux et interpelle les participants au Forum de Davos. 7.600 milliards de dollars détenus par des individus sont placés dans des paradis fiscaux.

Gabriel Zucman, professeur adjoint à l’Université de Californie, estime que si les revenus provenant de cette richesse étaient imposés, cela rapporteraient 190 milliards aux Etats du monde.

« Les entreprises multinationales et les riches élites ne suivent pas les mêmes règles que les autres, en refusant de payer des taxes dont la société a besoin pour fonctionner. Le fait que 188 des 201 premières entreprises mondiales soient présentes dans au moins un paradis fiscal montre qu’il est temps d’agir » estime Winnie Byanyima qui sera présente à Davos.

« Nous ne pouvons pas continuer à laisser des centaines de millions de personnes souffrir de la faim » Manon Aubry, Oxfam France

Selon l’ONG, neuf entreprises sur dix appartenant aux « partenaires stratégiques » du Forum sont présentes dans les paradis fiscaux. « Nous ne pouvons pas continuer à laisser des centaines de millions de personnes souffrir de la faim alors que les ressources qui pourraient les aider sont amassées par quelques personnes en haut de l’échelle » déplore Manon Aubry, chargée des questions de justice fiscale et d’inégalités chez Oxfam France.

« Nous devons interpeller les gouvernements, entreprises et élites économiques présentes à Davos pour qu’ils s’engagent à mettre fin à l’ère des paradis fiscaux qui alimentent les inégalités mondiales et empêchent des centaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté » affirme Winnie Byanyima.

L’an dernier, plusieurs économistes avaient contesté la méthodologie utilisée par Oxfam. L’ONG avait défendu l’instrument de mesure utilisé dans cette étude : le patrimoine net, c’est-à-dire les actifs détenus moins les dettes.

Source : Le Figaro



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 11 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration