L'article

4
mai
2015

CIV : L’énigme de la disparation des 789 millions des éléphants après leur victoire à la CAN

Franchement, c’est à désespérer de ce pays, si, comme ça, 789 millions de Francs peuvent se volatiliser dans la nature. Et pourtant, cet argent a été budgétisé et mis à la disposition d’autorités dites ’’compétentes’’.

Ces autorités se sont assises et ont réfléchi. Elles ont prévu toutes les dépenses liées à la CAN équato-guinéenne, du premier au dernier match. Elles ont prévu les primes des joueurs et encadreurs en cas de victoire finale.

3,5 milliards de francs.

Certains ont crié au scandale, vu la montagne d’argent engagé pour cette compétition. Aujourd’hui, on en sait un peu plus. On sait finalement que l’argent était aussi important car des coupeurs de route s’étaient taillé 789 millions de francs CFA comme leur part.

Ils ne sont ni footballeurs, ni entraîneurs. Mais, comme l’argent passait entre leurs mains kleptomanes, il fallait qu’ils en gardassent 20% pour eux-mêmes, quitte à ne pas payer les ayant-droits statutaires.

On n’en finit plus de se jeter la pierre : la FIF (Fédération Ivoirienne de Football) met directement en cause le ministère des sports, qui, à son tour, se défend de la manière la plus faible : ’’On veut nuire à l’honorabilité de monsieur le ministre des sports. On va se renseigner pour voir clair dans les suppositions et allégations’’.

Certains pointent du doigt le trésor public, qui, il est vrai, s’illustre de la pire des manières quand vient le moment d’honorer les factures de l’État. Ses agents, parmi les subalternes, se taillent la part de 10% avant de payer tout fournisseur de l’État.

Si vous ne consentez point à payer, alors, vous pouvez tourner en rond autant de fois que vous voulez, au siège du trésor public, mais vous n’y trouverez aucun interlocuteur conciliant.

Vous mourrez de faim sans que votre facture ne soit payée et vos ayant-droits useront leurs chaussures à la poursuite de ce qui vous est dû. Le pire est que c’est connu de tous les Ivoiriens, du citoyen lambda au président de la République.

Ces 789 millions auraient été décaissés par la présidence de la République. Ils ont bien transité par le trésor public.

Où diantre sont-ils donc passés ? Qui les a retirés ? À qui les a-t-on remis ? Puisque les joueurs champions d’Afrique et leurs encadreurs n’ont point été payés pour la demi-finale et la finale, quelqu’un a sans doute cet argent placé en lieu sûr.

Ou s’est sans doute bâti un château avec cet argent volé. L’argent ne se trouve plus où il devait être. Il a tout simplement disparu. Il s’est volatilisé dans la nature.

Quelqu’un l’a sans aucun doute aidé à disparaître ! Le voleur est encore dans ce pays et ne s’est point exilé sous d’autres cieux. Pourquoi ne mène-t-on pas une enquête diligente pour le mettre aux arrêts et lui faire rendre gorge ? Pourquoi ne fait-on pas de même s’ils sont plusieurs voleurs à se partager la manne ?

Vivement que l’on situe les Ivoiriens sur l’identité de ces coupeurs de route qui ont recouvert tout le pays du manteau hideux de la honte. Pour une fois, ne protégeons personne : exposons les voleurs sur la place publique !

Source : Le Blanco.net



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 68 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration