L'article

29
octo
2015

Coach en séduction : un business juteux qui peut rapporter gros

Le marché de l’apprentissage de la séduction, notamment pour aborder une femme dans la rue et lui « dérober » son numéro de portable, est en plein essor. Plusieurs spécialistes de la drague ont pignon sur rue et ont installé, au fil des ans, un petit business florissant qui ne connaît pas la crise.

La France compte près de 20 millions de célibataires. Certains le sont par choix, d’autres par dépit. Pour les entreprises, les célibataires en quête de l’amour sont devenus des cibles convoitées. Et sur la toile, de nombreux sites proposent des conseils ou du coaching en séduction. Nicolas Dolteau, Alex Wagner, Raj, Snipe ou encore Selim Niederhoffer… ces artisans de la drague ont un point commun : ils apprennent aux hommes à aborder des femmes dans la rue et à prendre leur numéro.

Chaque coach tente de faire tourner son business.

Les différents sites de séduction proposent un certain nombre de produits. Notamment des livres, des guides ou encore des ebooks, à des prix oscillant entre 10 et 30 euros. Il vous en coûtera par exemple 20 euros pour acquérir « Ce que les femmes attendent des hommes (mais ne leur diront jamais) » de Nicolas Dolteau, l’une des références parmi les coachs de séduction en France. Certains sites, à l’instar du mag masculin 2.0 French Touch Seduction, touchent une commission grâce à la vente de livres de partenaires. Parallèlement, il existe aussi des DVD dont les prix varient entre 40 et 100 euros. Leur contenu propose des méthodes de séduction ou encore des caméras cachées expliquant aux hommes comment aborder des femmes dans l’espace public. Dans la rue, dans les bars ou encore dans le métro.

Enfin, les conférences constituent également une part de l’activité des coachs en séduction. En juin dernier, Nicolas Dolteau a par exemple organisé une conférence de 2h à Paris, au tarif de 5 euros par personne. Il en avait déjà organisé auparavant, notamment « La faire tomber amoureuse » ou « On ne vit qu’une seule fois ». Une grande partie du contenu proposée par ces sites est accessible de manière digitale. « La moitié de mon contenu est gratuit sur Youtube. Certains regardent mes vidéos sans jamais avoir dépensé le moindre euro sur mon site »

Nicolas Dolteau

Plusieurs coachs proposent des formations vidéo. Pour la somme de 39 euros, Selim Niederhoffer, d’Art de Séduire, apprend par exemple à draguer en Afterwork, par texto ou encore sur Tinder, un site de rencontre en ligne. De son côté, le site Morning Kiss, qui se définit comme une école de séduction pour les hommes, propose une formule en plusieurs temps : le pack « Rencontrer, je ne suis pas dragueur mais » à 99,95 euros. Les étapes sont progressives : oser aborder, bien aborder, entretenir une conversation intéressante et obtenir le numéro d’une fille. « C’est ce qui se vend le mieux. On crée le produit une seule fois et il y a les ventes. Il n’y a pas de frais de stockage et le coût marginal de production est proche de zéro. Économiquement, c’est très intéressant car cette option permet d’aider beaucoup d’hommes », explique Alex Wagner, son fondateur.

Sur le site, le panier moyen tourne actuellement autour de 200 euros. A long terme, le digital devrait représenter environ 80% du chiffre d’affaires de Morning Kiss. Nicolas Dolteau propose lui « Le Pass ». Cette formule à 14,99 euros par mois donne accès à des vidéos dans lesquelles le coach aborde des femmes en caméra cachée. Les extraits sont ensuite analysés et commentés. Les membres du Pass font également partie d’une communauté active qui s’entraide sur un forum privé.

Mais pour certains, le digital ne suffit pas. Ils ressentent en effet le besoin d’être accompagnés dans leur recherche de l’âme sœur ou de la conquête d’un soir. C’est ainsi qu’ils préfèrent des séances de coaching personnalisées sur le terrain. Globalement, ces programmes apprennent à aborder une fille directement dans la rue, à prendre son numéro, voire même à l’embrasser. Pour avoir accès à ces « ateliers » pratiques, il faudra mettre la main au portefeuille. Les programmes varient d’un week-end intensif à 6 mois, pour des prix allant de 999 à 4.000 euros, selon la durée et en fonction des coachs.

« Le gratuit permet de générer du trafic sur Youtube et de montrer la qualité du contenu. Les vidéos sont courtes, le but étant d’inciter celui qui visionne à aller ensuite vers des modules payants »

Alex Wagner

Un coût qui peut paraître exorbitant. Mais les sites de séduction proposent également du contenu gratuit. Certains estiment en effet qu’ils n’ont pas besoin de payer pour obtenir des conseils. « La moitié de mon contenu est gratuit sur Youtube. Certains regardent mes vidéos sans jamais avoir dépensé le moindre euro sur mon site », explique Nicolas Dolteau. Sur des sites comme French Touch Séduction, 99 % des informations sont gratuites et en accès libre. Outre les ventes de livres, le site se rémunère grâce aux régies publicitaires génériques ou plus rarement à travers des partenariats spécifiques, avec des marques intéressées par une présence sur le site. « Le gratuit permet de générer du trafic sur Youtube et de montrer la qualité du contenu. Les vidéos sont courtes, le but étant d’inciter celui qui visionne à aller ensuite vers des modules payants. C’est constructif pour le business », décrypte Alex Wagner.

« Ce marché existe depuis 10 ans mais il est aujourd’hui en pleine expansion », explique Alex Wagner. Bien souvent, les clients des sites de séduction sont loin des stéréotypes et des idées reçues. « Je reçois des hommes intéressants, ayant une bonne situation professionnelle, mais qui ont un blocage avec les femmes. Ils n’ont pas confiance en eux dans ce domaine et ils veulent progresser », poursuit celui qui compte aujourd’hui plus de 2.000 abonnés sur sa chaîne Youtube, 18 mois après le lancement de son site.

« Le marché de la séduction me semble durable  : les gens auront toujours des difficultés dans leurs relations sociales et amoureuses, et éprouveront toujours le besoin d’être orientés et mis en face de leurs erreurs »

Baptiste Legrand

Paradoxalement, à l’heure où les réseaux sociaux sont partout, les gens semblent avoir plus en plus de mal à se rencontrer. « Le marché de la séduction me semble durable : les gens auront toujours des difficultés dans leurs relations sociales et amoureuses, et éprouveront toujours le besoin d’être orientés et mis en face de leurs erreurs », détaille Baptiste Legrand, créateur de French Touch Seduction. Alex Wagner ajoute : « C’est en train de mordre, on sent que la demande est là, c’est une demande forte et intemporelle ».

Morning Kiss est notamment amené à se développer dans plusieurs villes et dans plusieurs pays. Quant à Nicolas Dolteau, il explique qu’il « est devenu très compliqué aujourd’hui pour un homme célibataire de faire une rencontre et que 95 % de ses clients veulent juste trouver une copine pour former un couple ». Les clients des sites de séduction sont des hommes âgés de 18 à 55 ans.

Source : Le Figaro



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 52 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration