L'article

12
octo
2015

Emploi américain : des signaux mitigés

Malgré des créations d’emplois inférieures aux attentes, le taux de chômage outre-Atlantique s’est maintenu en juillet à son plus bas niveau depuis sept ans.

Outre-Atlantique, le marché de l’emploi n’a pas grand-chose à voir avec le nôtre. L’économie américaine a beau avoir créé 215.000 emplois nets en juillet, une partie des observateurs jugent ces chiffres décevants. Ces pessimistes pointent le nombre de créations, inférieures aux attentes et en recul par rapport aux chiffres de juin. Ils soulignent que, si le nombre de chômeurs a baissé en juillet de 33.000, à 8,26 millions, cela ne suffit pas à faire reculer davantage le taux de chômage. Enfin, les chômeurs de longue durée continuent de former plus d’un quart des personnes à la recherche d’un emploi aux États-Unis et les chômeurs noirs sont deux fois plus nombreux que les Blancs.

Le marché de l’emploi est en forme, soulignent à l’inverse les optimistes. Le taux de chômage (5,3%) se maintient en juillet à son plus bas niveau depuis sept ans. Il est proche du niveau (5% à 5,2%) que la plupart des responsables de la Fed estiment satisfaisant dans un contexte d’inflation basse. Et les gains d’emplois en juillet concernent, si l’on excepte l’industrie minière, un vaste éventail de secteurs, des ventes au détail (+36.000) aux services de santé (+28.000). Par ailleurs, le salaire horaire moyen a augmenté de 0,2%, ce qui porte sa hausse sur un an à 2,1%.

Possible hausse des taux en septembre

Ce bilan contrasté penche plutôt dans le sens d’une bonne nouvelle pour la santé de l’économie américaine. Du coup, il relance l’hypothèse d’un relèvement des taux d’intérêt après l’été. La Réserve fédérale veut, en effet, relever ses taux directeurs, proches de zéro depuis fin 2008, pour soutenir la reprise mais elle attend d’être certaine de la solidité de l’économie américaine pour franchir le pas.

Le scénario d’une hausse des taux en septembre a repris du terrain vendredi, les traders spécialisés lui donnant 52% de chances d’aboutir, contre 47% avant la publication des chiffres de l’emploi en juillet. Et, cette hypothèse s’est aussitôt retournée contre Wall Street qui a ouvert en légère baisse, les investisseurs redoutant l’imminence d’un crédit plus cher.

Source : Le Figaro



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 53 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration