L'article

25
nove
2014

Investiture de Michel Kafando, président de la transition :« Autorisation donnée pour identifier le corps de Thomas Sankara »

La cérémonie d’investiture du nouveau président de la transition a eu lieu sous haute pompe dans la soirée du 21 novembre 2014 au Palais des sports de Ouaga 2000.Plusieurs chefs d’Etat de la sous-région à savoir celui du Mali, du Niger, de la Mauritanie, du Ghana, du Sénégal, Benin ont pris part à ce sacre du chef de la transition politique burkinabè. Les présidents ivoirien et togolais se sont fait représenter par leurs ministres des Affaires étrangères. L’acte symbolique de passation de charges entre le président sortant le lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida et l’entrant Michel Kafando a donné les pleins pouvoirs au président de la transition pour présider les destinées des Burkinabè.

Trois semaines suite à l’insurrection populaire historique qui a conduit au départ de Blaise Compaoré, le nouveau président Michel Kafando a pris le bâton du commandement à travers une cérémonie de passation de charges, dans la soirée du 21 novembre 2014. Dès 18h 40, les deux chefs d’Etat à savoir l’entrant Michel Kafando et le sortant, le Lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida ont fait leur entrée dans la spacieuse salle du palais des sports de Ouaga 2000 sous une forte acclamation d’un public électrique. Les chefs d’Etat de la sous-région notamment, celui du Mali Ibrahim Boubacar Kéita, du Sénégal Macky Sall et épouse, de la Mauritanie Mohamed Ould El Aziz président en exercice de l’Union africaine, du Benin Thomas Boni Yayi, du Ghana Mahama Dramani, du Niger Mamadou Issoufou, du Nigeria, de la Côte d’Ivoire et du Togo représentés, n’ont pas voulu se faire conter l’événement.

Tour à tour le représentant du secrétaire général de l’Organisation des nations unies en Afrique de l’Ouest, le président Ghanéen Mahama Dramani et le président en exercice de l’Union Africaine Mohamed Ould El Aziz, se sont adressés au public composé essentiellement des présidents de partis politiques, des forces de défense et de sécurité, des organisations de la société civile. Quant à Mohamed Ibn Chambas représentant du secrétaire général de l’ONU, il a souhaité que le président puisse assurer pleinement ses fonctions conformément à la charte. Il affirmé leur volonté à accompagner le Burkina jusqu’à la tenue des élections démocratiques libres en 2015. Le président Mauritanien en qualité de président en exercice de l’UA a encouragé les Burkinabè à cultiver davantage le consensus. Il n’a pas manqué de lancer un appel à la communauté internationale à accompagner le Burkina avec l’appui nécessaire pour la conduite de la transition jusqu’à la tenue des élections démocratiques libres et transparentes. Après ses propos la passation de charges a eu lieu.

Michel Kafando investi des pleins pouvoirs

Par ce sacre, le lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida qui a pris les rênes du pouvoir suite à l’insurrection populaire le cède officiellement au profit de Michel Kafando. Après avoir observé une minute de silence en mémoire des martyrs de l’insurrection populaire, le nouveau président a prononcé un discours direct exempt de langue de bois. Il s’est dit engagé à promouvoir la justice sociale. Pour lui, plus jamais il n’y aura d’injustice, ni de corruption au Burkina. Il n’en cache pas. « Ceux qui pensent qu’ils peuvent impunément dilapider les deniers publics, ils rendront des comptes », a-t-il renchéri. En voilà qui en dit long sur le calvaire qui s’ouvre pour les gros bonnets du régime Compaoré qui ont toujours fait preuve de rapacité et de voracité dans la gestion des deniers publics. En ce qui concerne les martyrs de l’insurrection populaire, il a laissé entendre qu’un « panthéon des martyrs de la révolution » sera réalisé en leur mémoire.

Une décision forte par rapport à l’affaire Thomas Sankara

Il enfonce le clou pour l’éclatement de la justice sociale en invoquant l’affaire Thomas Sankara. « Au nom de la réconciliation nationale, des investigations seront menées pour identifier le corps de Thomas Sankara. Les investigations ne seront plus assujetties à une décision de justice mais à celles du gouvernement », a-t-il poursuivi. Toute chose qui n’a pas laissé indifférent les sankaristes notamment Me Bénéwendé Sankara qui a applaudi à tout rompre dans la salle. Michel Kafando a rendu hommage aux femmes, aux jeunes, au lieutenant-colonel Zida, aux partis politiques et aux organisations de la société civile. En diplomate averti, le nouveau président à terminé son discours par un clin d’œil aux partenaires du Burkina.

Par Soumoubienkô Roland KI et Ladji Toua Traoré

Source : Le Quotidien



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 54 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration