L'article

13
juil
2015

Jusqu’où iront les compagnies aériennes pour alléger leurs coûts ?

Moins de toilettes, des hôtesses de l’air à la place des stewards, des couverts en plastique plutôt qu’en acier ou des taxes pour les voyageurs en surpoids. Les compagnies aériennes rivalisent d’imagination pour alléger leurs avions et faire des économies sur le kérosène.

Qui dit avion plus léger dit facture de kérosène moins élevée et pollution limitée. C’est à ces économies que s’attellent les concepteurs des avions de demain, qui exposent actuellement leurs nouvelles technologies au salon du Bourget. Si alléger le poids des avions a toujours été la préoccupation des constructeurs, c’est aussi pour réussir ce pari que les compagnies aériennes stimulent leur imagination. Tout y passe : de la réduction du nombre de toilettes à la cacahuète en moins dans les sachets apéritifs.

• Réduire le nombre de toilettes ou voyager debout

Ryanair est sans conteste le champion du monde des idées chocs pour économiser du kérosène. Il y a peu, Michael O’Leary faisait (encore) parler de sa compagnie en annoncant une possible réduction du nombre de toilettes dans l’avion, « un passage à un au lieu de quatre ferait gagner six sièges », avait-il avancé. Encore auparavant, le PDG de la compagnie low cost ouvrait un débat sur la sécurité dans les airs en pensant une nouvelle organisation dans l’avion, celle de voyager debout. Dernièrement, Boeing a annoncé qu’il travaillait à réduire la taille des toilettes pour gagner 14 sièges supplémentaires dans ses 777.

Chez les constructeurs, la taille des sièges est aussi à l’étude : Airbus, qui conçoit des sièges de 18 pouces en classe éco, vient de trouver une nouvelle parade pour que l’intérieur de l’avion puisse accueillir plus de sièges sans sacrifier leur taille : réhausser le sol de la cabine au niveau où la carlingue est la plus large pour y placer des rangs plus longs (4 sièges au lieu de 3).

• Payer en fonction de son poids

« A kilo is a kilo is a kilo ! ». Le slogan de Samoa Air aura fait de la publicité à la petite flotte de la compagnie aérienne du Pacifique. Elle est pour l’instant la première au monde à afficher ouvertement sa politique : faire payer les passagers en fonction de leurs poids. Il faut ainsi débourser entre 0,80 et 3,40 euros par kilo. Certaines compagnies américaines contraignent aussi les passagers en surpoids à acheter deux places au lieu d’une ou à réserver en classe affaire où les sièges sont plus larges. Ryanair y avait également songé mais avait abandonné la mise en place pour des raisons techniques : le timing imparti pour collecter la taxe avant l’embarquement risquait de faire perdre trop de temps.

• Recruter des hôtesses plutôt que des stewards

La justification économique n’est pas évidente, mais la compagnie indienne GoAir ne semble pas en être gênée : les femmes étant moins lourdes, il est plus intéressant d’avoir des hôtesses de l’air que des stewards. Selon une information du Times of India, la compagnie estime que chaque kilo supplémentaire coûte « 0,05 centime de dollar par heure de vol, ce qui permettrait une économie de 500.000 dollars par an ». Les hommes seraient donc plus « polluants ».

• Alléger les chariots repas

Il suffit d’une olive ou de trois cacahuètes en moins dans un sachet apéritif pour économiser des milliers de dollars. Trois cacahuètes contre 300.000 dollars par an, voilà l’économie réalisée par Southwest Airlines depuis déjà quinze ans. Sur le même thème, aujourd’hui, les compagnies s’attaquent aux matériaux des plateaux repas, en plus de réduire la taille des bouteilles d’eau. L’acier des couverts se transforme ainsi en inox. Une compagnie américaine a tout bonnement enlevé les cuillères de ses plateaux, et une autre distribue désormais des plateaux « tout jetables » ce qui représenterait 40 kg en moins.

• Alléger la carlingue avec une peinture spéciale

En 2011, British Airways a repeint sa flotte d’avions avec une peinture spéciale, utilisée sur les avions militaires. Sa composition adhèrente à tous les matériaux rend la carlingue parfaitement lisse et empêche ainsi le « dépôt de poussière sur l’avion », avait expliqué la compagnie au figaro.fr. Une manière comme une autre de faire des millions de livres sterling d’économies sur le kérosène. Air France a, de son côté, décidé de changer la moquette de ses avions, ce qui a permis d’alléger l’appareil de 60 kg.

• S’attaquer au volume de bagages des voyageurs

La dernière préconisation vient de l’IATA (Association internationale du transport aérien). Depuis quelques jours, elle incite les compagnies aériennes à adopter une taille de bagages à main uniformisée (55cm, 35cm, 20cm), plus petite que la norme actuelle. L’harmonie permettrait aux voyageurs de moins s’y perdre - aujourd’hui, chaque compagnie a une taille de bagage cabine qui lui est propre. Plus radical, Michael O’Leary, le patron de Ryanair, a récemment dit souhaiter la disparition pure et simple des bagages en soute ...

Source : Le Figaro



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 103 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration