L'article

13
octo
2015

La Malaisie, nouvel eldorado des étudiants africains !!

Cette année, Ali Jire a pu fêter la fin du ramadan avec sa famille, à Hargeisa. C’est la première fois en six ans qu’il est en Somalie avec ses parents et ses frères pour l’Aïd al-Kebir. Depuis 2009, Ali Jire étudie l’ingénieurerie en Malaisie, et célèbre à Kuala Lumpur la fête religieuse, qui s’appelle alors Hari Raya.

Comme lui, Wema Tommy, 26 ans, Soudanais, Botsalo Morotsi, 25 ans, Botswanais, et Alhamdu Yaro, 27 ans, Nigérian. Les quatre étudiants ont un point commun : africains, ils ont choisi la Malaisie pour poursuivre leurs études supérieures. Un phénomène de plus en plus fréquent, qui place le pays d’Asie du Sud-Est sur le podium des destinations universitaires préférées des Africains.

En 2012, la Malaisie est devenue, selon l’Unesco, le second pays d’accueil des étudiants d’Afrique subsaharienne en études supérieures, avec 9 500 étudiants. Si l’écart avec la France, première terre d’accueil pour des raisons historiques avec près de 50 000 étudiants subsahariens, est important, la Malaisie reste le premier pays anglophone non africain d’accueil.

Comment expliquer l’attrait de la péninsule malaisienne ? Pour Jane Knight, de l’université de Toronto, auteure d’un livre sur les migrations étudiantes (International Education Hubs : Student, Talent, Knowledge Models, Springer Netherlands, non traduit, 2014), il y a quatre raisons à cela : « Le prix des études, la qualité des programmes d’études, la langue anglaise et la religion musulmane du pays. »

Après le lycée à Khartoum, Wema Tommy a choisi l’université publique Malaya (UM) de Kuala Lumpur pour poursuivre ses études de bio-informatique. Il concède vite que l’islam, religion d’Etat en Malaisie, a été un facteur déterminant : « Comme mes parents sont musulmans, ils voulaient m’envoyer de préférence dans un pays musulman. » Dès lors, pourquoi ne pas aller dans les pays arabes ? Outre la langue, Wema Tommy pointe du doigt les 5 % de croissance économique annuelle de la Malaisie : « Nous sommes tous témoins du développement de la Malaisie… Je veux en faire partie ! »

Fatou Danielle Diagne, ancienne ambassadrice du Sénégal aux Etats-Unis, est la secrétaire générale de l’association Servir le Sénégal, qui propose avec le gouvernement malaisien des bourses à des étudiants sénégalais pour étudier en Malaisie. Pour elle, la préférence des Africains pour la Malaisie par rapport aux pays du Golfe tient d’abord du facteur financier. « Les pays arabes sont aussi très bons dans leur enseignement, mais eux ne nous ont pas proposé des bourses ! » Comme avec l’association Servir le Sénégal, le gouvernement malaisien favorise un accompagnement financier pour accueillir des étudiants étrangers.

« Plus facile d’avoir un visa »

Ces bourses sont à l’image de la stratégie africaine de la Malaisie. « Sur les dix dernières années, de nombreuses institutions malaisiennes ont ouvert des branches en Afrique ou établi des partenariats avec des universités africaines, explique Mohd Yazid Abd Hamid, directeur de Education Malaysia Global Service (EMGS), la filière internationale du ministère de l’éducation supérieure malaisien. Il faut répondre à une demande de cette région pour une éducation de qualité. Et c’est évident qu’on continue à être une destination de choix étant donné qu’on propose l’option la plus abordable pour les étudiants des pays les moins développés. »

En 2012, pas moins de 1 116 Somaliens sont partis étudier en Malaisie. Ce qui fait de ce pays, le premier pays d’accueil des étudiants somaliens. « C’est beaucoup plus facile d’avoir un visa quand on vient de Somalie, explique Ali Jire. Les deux pays sont des grands amis, et avec les facilités pour avoir un logement, ce n’est que bénéfique pour nous.  » Alors qu’ils auraient du mal à avoir un visa pour étudier en Occident, les étudiants somaliens sont accueillis à bras ouverts par les universités malaisiennes.

Outre la Somalie, le Nigeria, le Botswana, la Libye et l’Ouganda sont les pays africains dont la Malaisie est un des principaux pays d’accueil d’étudiants expatriés. « J’ai essayé d’aller en Europe, au Canada, aux Etats-Unis, explique Alhamdu Yaro, originaire de Tula, au nord du Nigeria. Mais les règles pour avoir un visa sont compliquées. Et en plus, avec Boko Haram, les procédures se durcissent encore plus pour les Nigérians. » Il a préféré la Malaisie, où les ressortissants nigérians sont la quatrième communauté étrangère étudiante. Attirer les francophones

En proposant des diplômes équivalents à ceux des établissements occidentaux par ses partenariats universitaires, la Malaisie impose son leadership universitaire. Botsalo Morotsi a quitté il y a six ans Gaborone, la capitale du Botswana, pour étudier en Malaisie. Il y apprend l’économétrie, dans un campus délocalisé de l’université publique australienne Monash University. Classée dans le top 100 du classement de Shangaï, l’université attire en Malaisie des étudiants qui n’auraient pu se rendre en Australie.

« La Malaisie, c’est bien moins cher que l’Europe ou les Etats-Unis, alors que j’étudie dans une université de même qualité », explique-t-il. Ces campus d’universités étrangères réputées sont nombreux en Malaisie et participent à l’attractivité du pays. « La Malaisie veut s’affirmer comme l’un des Tigres d’Asie. C’est pour mieux vendre son modèle qu’il y a des campus étrangers », analyse Fatou Danielle Diagne depuis Dakar.

Après être devenu le premier pays d’accueil anglophone non africain, la Malaisie veut désormais attirer les étudiants d’Afrique francophone. Début septembre, dix étudiants sénégalais sont partis faire leur master à l’université Binary de Kuala Lumpur, grâce aux bourses proposées par l’association Servir le Sénégal en partenariat avec l’université. « Ils y bénéficieront de l’exposition internationale de la Malaisie, et d’un apprentissage de qualité en anglais, conclut Fatou Danielle Diagne. Et après, ils reviendront travailler pour le bienfait du Sénégal ! »

lemonde.fr



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 148 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration