L'article

30
mai
2016

La justice américaine enquête sur le marché obligataire

Quatre traders employés par Bank of America Merrill Lynch, Crédit agricole, Nomura et Credit suisse sont soupçonnés de manipulation de cours sur le marché obligataire.

Le ministre américain de la Justice a levé un nouveau lièvre. Selon l’agence Reuters, quatre traders spécialisés sur la dette des émetteurs souverains, supranationaux et d’agences étatiques (SSA) sont soupçonnés de manipulation de cours sur le marché obligataire. Ces traders - basés à Londres et employés par Bank of America Merrill Lynch, Crédit agricole, Nomura et Credit suisse - se seraient entendus sur les prix. Ils auraient également partagé des informations sur certaines obligations libellées en dollar au sein de groupes de discussion sur Internet. Le département de la Justice cherche à déterminer si ces échanges ont pu conduire à des manipulations de cours, notamment sur la banque publique de développement allemande KfW ou la Banque européenne d’investissement.

Le marché des SSA, qui représente un volume de 843,35 milliards de dollars émis en 2015, est très concurrentiel et les banques perçoivent des commissions très faibles. De plus, ce marché des SSA est dominé par une trentaine de banques centrales et quelques grands fonds spéculatifs. Les observateurs soulignent que ces investisseurs exercent une forte pression sur les émetteurs pour que les banques assurent les meilleurs prix sur le marché secondaire.

« Je ne voudrais vraiment pas être trader sur le marché secondaire (des SSA) en ce moment. Il y a un ou deux gros investisseurs qui dictent les prix sur le marché, explique à Reuters le représentant d’un syndicat de placement. Donc si vous pouvez parler à un autre trader et vous mettez d’accord pour vendre une obligation à un certain prix et pas en dessous, cela fera une énorme différence. »

Cette nouvelle incursion de la justice américaine dans les marchés financiers intervient dans un contexte de forte volatilité sur les marchés obligataires secondaires en raison de la divergence des politiques monétaires entre les États-Unis et la zone euro.

Source : Le Figaro



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 27 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration