L'article

1er
octo
2015

Le Royaume-Uni va fermer sa dernière mine de charbon

La Compagnie nationale du charbon britannique a annoncé la fermeture en décembre prochain de la dernière mine de charbon britannique. Une décision qui marque la fin d’une époque dans le Royaume.

Il y a un siècle, l’industrie du charbon britannique employait à elle seule plus d’un million de « gueules noires » dans près de 3000 mines. Aujourd’hui, plus les mois avancent et plus on peut parler de la fin d’une époque. Il y a quelques jours, la mine de Thoresby (East Midlands) a fermé ses portes, symbole d’un secteur qui doit de plus en plus faire face à la concurrence mondiale. Selon Bloomberg, le Royaume-Uni a importé plus de 1,9 million de tonnes de combustibles en avril 2015 alors que la production nationale ne cesse de flancher (750.000 tonnes). Une tendance déjà remarquée à la fin de l’exercice 2014 : la consommation nationale montrait que 84% des combustibles étaient importés de l’étranger contre 21% en 1995 selon le Département national de l’énergie.

C’est donc dans ce contexte que la Compagnie nationale du charbon britannique, la UK Coal, a annoncé la fermeture prochaine de ce qui reste aujourd’hui comme la toute dernière mine de charbon du Royaume-Uni. Le 15 décembre prochain, la mine de Kellingley, située dans le village de Beal au nord de l’Angleterre, cessera en effet sa production. Une date à laquelle correspond la fin d’un prêt de un an (10 millions de livres), consenti par le gouvernement britannique afin d’accompagner la « fermeture progressive » des deux dernières mines de charbons profondes du Royaume. En avril 2014, le secrétaire d’État aux Affaires et à l’Entreprise de l’époque, Michael Fallon, avait estimé que « rien ne pouvait permettre, en raison de la situation économique, le maintien des mines au delà de l’automne 2015 ». Une décision prise comme un « coup de pied dans les dents » selon le Syndicat national des mineurs britanniques (NUM). L’objectif du gouvernement conservateur étant de ne pas continuer à faire payer les contribuables des taxes pour soutenir une industrie qui ne fonctionnent pas.

1300 mineurs sur le carreau

La UK Coal explique dans son communiqué que ces fermetures sont « le résultat d’une période de difficultés dues aux conditions commerciales où il est devenu aujourd’hui moins cher d’acheter à l’étranger », et évoque « des questions écologiques compliquées ». Si la société n’a pas souhaité donner suite à nos demandes d’entretien, la raison économique semble aujourd’hui avoir rattrapée un secteur qui ne cesse d’accumuler les pertes depuis près de trente ans. Progressivement, les mines de charbon ont été fermées et la lutte des mineurs contre le gouvernement de Margaret Thatcher dans les années 80 semble n’être qu’un lointain souvenir. La question qui inquiète aujourd’hui davantage les Britanniques reste celle du reclassement des 1300 employés des deux sites. La mine de Thoresby, fermée la semaine dernière, employait près de 900 personnes alors que celle de Kellingley, qui cessera sa production à la fin de l’année, en emploie un peu plus de 400. Pour l’instant, aucune solution n’a été trouvée et des lendemains difficiles s’annoncent pour les mineurs britanniques.

Source : Le Figaro



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 39 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration