L'article

18
févr
2015

Le bandeau à sommeil, remède miracle contre la fatigue et le stress ?

La start-up Dreem vient de créer un bandeau connecté qui permet d’augmenter les phases de sommeil profond.

7 heures et 47 minutes, c’est en moyenne le temps que passe un Français à dormir chaque jour. Cela équivaut à 118 jours complets par an. Une personne de 80 ans aura donc passé plus de 26 ans de sa vie à dormir.

Deux jeunes polytechniciens, Hugo Mercier, et Quentin Soulet, également passés par l’Université de Californie, à Berkeley, en ont décidé autrement, en créant un bandeau permettant d’être "en pleine forme en dormant moins, mais beaucoup mieux".

Une ambition concrétisée par la création de leur start-up, Dreem, lauréate en décembre des Grands prix de l’innovation 2014, et avant cela du Concours mondial de l’innovation dans la catégorie médecine individualisée, en avril 2013.

Fini la fatigue, l’irritation, la somnolence

Hugo Mercier, co-fondateur et président de Dreem, explique : Peu ou mal dormir, entraîne de la fatigue, de l’irritation, des problèmes de somnolence, de concentration et de mémoire."

Concrètement, des algorithmes et des capteurs électroniques dans le bandeau permettront de mesurer l’activité électrique du cerveau, l’électroencéphalogramme, mais aussi de le stimuler.

Au réveil, une application smartphone permettra de suivre sa nuit de sommeil de façon précise, "pour constater l’amélioration de ses capacités cognitives et des défenses immunitaires qui en découlent", poursuit Hugo Mercier. Plus efficace que café et vitamine C combinés, l’objet connecté apparaît être un remède miracle contre la fatigue.

Lutter contre Alzheimer ou Parkinson ?

Actuellement en phase de prototypage, l’invention se présenterait sous la forme d’un bandeau "confortable", puisque porté la nuit, et à un prix "abordable", pour toucher le grand public. Ce sont les seules informations qu’ont bien voulu nous révéler les deux fondateurs de Dreem.

Car les jeunes hommes ont l’ambition de devenir les leaders du secteur en plein développement des neurotechnologies. Et c’est bien parti : Dreem a fait sa première levée de fonds un mois seulement après sa création légale, en juillet 2014. Une belle somme qu’ils préfèrent taire, mais qui leur a permis de constituer "une équipe de 12 personnes à temps plein, et qui continue de s’agrandir".

Une équipe de chercheurs en neurosciences de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) et de médecins du sommeil de la Pitié Salpêtrière encadrent par ailleurs leurs recherches.

Sur le long terme, les données récoltées anonymement par l’application pourraient faire avancer les recherches sur les pathologies du sommeil. Si le sommeil est perturbé, cela peut traduire un déséquilibre au niveau de certains neurotransmetteurs, qui peuvent se retrouver dans des pathologies chroniques, comme Alzheimer, Parkinson, l’hypertension ou encore l’obésité", explique Olivier Pallanca, neurophysiologiste au Centre médical veille sommeil, qui suit de près le développement du produit.

"En régulant le sommeil, on peut indirectement modifier les équilibres", déclare-t-il, optimiste.

Percer dans la santé : un challenge

D’ici là, des études rigoureuses vont être menées, et le prototype testé sur une population d’une cinquantaine de personnes. "Le domaine de la santé est extrêmement réglementé. Y percer est une gageure pour cette start-up", souligne l’analyste Clément Boxebeld, de l’agence en innovation Fabernovel.

Si tout se passe comme prévu, les premiers bandeaux destinés au grand public devraient sortir courant 2016. Olivier Pallanca y croit : On travaille sur un signal qui est facilement identifiable : le sommeil, beaucoup plus simple à étudier que les activités cérébrales de veille, où un nombre infini de circuits sont activés."

C’est ce qui fait, selon lui, la faisabilité de l’objet connecté. "L’évaluation sera vite faite."

Julia Mourri

Source : Le Figaro Santé



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 275 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration