L'article

16
mars
2015

MALI : Ce que l’on sait de l’attaque du restaurant à Bamako

Cinq personnes ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi 7 mars dans l’attaque du restaurant La Terrasse dans le centre de Bamako, selon la police malienne. Parmi les victimes de l’attentat, on compte deux Européens, un Français et un Belge, et trois Maliens. Au moins huit autres personnes ont été blessées.

Le groupe de Mokhtar Belmokhtar a revendiqué l’attentat de Bamako, dans un enregistrement diffusé par l’agence mauritanienne Al-Akhbar. Le parquet de Paris a ouvert une enquête après l’attentat. Une enquête de ce type est automatique quand un Français est victime d’un crime à l’étranger.

# Quel est le lieu visé ?

La Terrasse est un bar restaurant installé en étage, rue Princesse, très animée, dans le quartier très fréquenté de l’Hippodrome dans la capitale malienne. Il s’agit d’un quartier apprécié par les expatriés. C’est un bar dansant très sympathique, un des endroits ’clean’ de Bamako, tenu par des Maliens, mais très fréquenté par les expatriés. Généralement, les Européens vont dîner au Blabla, le restaurant à coté, puis viennent danser à La Terrasse", explique un témoin au "Figaro".

# Qui sont les victimes ?

Paris a confirmé la mort d’un ressortissant Français. Dans l’après-midi, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a précisé qu’il s’agissait d’un homme âgé de 31 ans qui vivait à Bamako. "Je condamne avec force l’attentat odieux commis hier à Bamako qui a causé la mort de plusieurs personnes dont un Français" a indiqué Laurent Fabius (@LaurentFabius) le 7 Mars 2015. Un ami malien de la victime, Zakaria Maïga, assure avoir "identifié la dépouille" du jeune homme à la morgue. Il s’agirait de Fabien Guyomard. Célibataire sans enfant né le 4 août 1984 en France, le Français vivait à Bamako depuis 2007. Il travaillait pour ICMS Africa, une société américaine spécialisée dans la construction de luxe, précise cet ami. Fabien Guyomard était originaire de l’ouest de la France. Il a notamment suivi un cursus à Cholet au lycée Europe-Robert Schuman, entre 2004 et 2007, souligne "Ouest France" (BTS dans le management et la gestion des unités commerciales).

Ses parents vivraient dans les Côtes d’Armor. Il n’y aurait pas de Français, en revanche, parmi les blessés, mais des vérifications sont en cours", indique le communiqué de la présidence. De son côté, la Belgique a affirmé qu’un compatriote a été "touché". Une source diplomatique a précisé que le Belge, un ancien parachutiste, était depuis quelques mois responsable régional de la sécurité pour la délégation de l’Union européenne (UE). Trois Maliens ont été tués dans l’attaque. L’attentat a également fait au moins huit blessés, dont trois Suisses, parmi lesquels une femme très grièvement touchée, selon des sources hospitalières.

# Comment s’est déroulée l’attaque ?

L’attaque a eu lieu peu après minuit. Un commando est arrivé devant La Terrasse. "Le Combat", un quotidien privé de Bamako, affirme sur son site web qu’un homme et une femme ont ouvert le feu avec des armes de gros calibre pendant qu’un troisième assaillant montait la garde à l’entrée du restaurant. Un type est arrivé cagoulé dans une voiture, il a d’abord lancé des grenades dans la devanture, mais ça n’a pas marché", raconte un témoin. "Il est alors entré et est monté à l’étage, là où se trouvent les occidentaux, qui dansent et boivent de l’alcool. Il a commencé à tirer, en visant particulièrement les blancs.

C’était des tirs ciblés. Dès que j’ai entendu le bruit de la kalachnikov, je me suis mis au sol, nous avons rampé, puis enjambé les balcons pour fuir par les toits. "Hagard, un serveur raconte une histoire similaire : il aurait "vu de loin un véhicule 4X4 de couleur noire garé. Un homme grand de taille est descendu." Sans s’attarder à la boîte de nuit située au rez-de-chaussée, il a pris l’escalier et "il est monté à la terrasse" qui donne son nom à l’établissement, où se trouve le bar-restaurant, avec une piste autour.

En haut, il a commencé par jeter des grenades, et ensuite il a fait des rafales d’arme automatique", poursuit le serveur. "Le tueur est venu là parce qu’il y avait des étrangers. Il voulait tuer les étrangers, ça c’est sûr." Des dizaines de personnes cachées dans La Terrasse en bas du bâtiment se sont terrées pendant deux heures avant de se risquer à sortir. Des pompiers ont été vus en train de sortir du restaurant La Terrasse une civière portant le corps du ressortissant français.

Dans une rue voisine du bar, le corps d’un policier malien et celui du gardien d’un domicile privé gisaient au sol, alors qu’un peu plus loin le corps d’un ressortissant belge était également visible.

# Est-ce bien un acte terroriste ?

"C’est une attaque terroriste, même si nous attendons des précisions", a confirmé un policier à l’AFP.

Un serveur de la Terrasse affirme que "le tueur est venu là parce qu’il y avait des étrangers. Il voulait tuer les étrangers, ça c’est sûr."

L’assaillant a crié "mort aux blancs" en arrivant à l’étage, a déclaré une source diplomatique. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier dans la capitale malienne depuis le lancement de l’opération Serval en janvier 2013. L’attentat a été revendiqué, dans un enregistrement, par le mouvement islamiste Al-Murabitoune, du djihadiste Mokhtar Belmokhtar.

"Nous revendiquons la dernière opération de Bamako menée par les vaillants combattants d’Al-Mourabitoune pour venger notre prophète de l’Occident mécréant qui l’a insulté et moqué, et notre frère Ahmed Tilemsi" tué par l’armée française en décembre, affirme un porte-parole sur cet enregistrement diffusé par Al-Akhbar, qui publie régulièrement des communiqués de la mouvance Al-Qaïda, sans jamais être démentie.

# Quelle est l’organisation sur place ?

Deux suspects ont été arrêtés par la police malienne. Ils sont actuellement entendus par les enquêteurs. Mais, selon la police, il s’agirait de délinquants maliens de droit commun qui ne seraient "pas impliqués" dans l’attentat. Ils avaient des armes pour commettre des larcins, de petits hold-ups, mais ils ne sont pas au coeur des derniers actes terroristes perpétrés."

Des dizaines de policiers ont bouclé le secteur.

A l’ambassade de France de Bamako, une cellule de crise a été mise en place. L’ambassade a adressé un message conseillant "la prudence" à tous les ressortissants français vivant dans la capitale malienne. De son côté, le parquet de Paris a ouvert une enquête. Elle a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (Sdat).

# Quelles sont les réactions des autorités française et belge ?

Très rapidement, l’Elysée a publié un communiqué dans lequel François Hollande dénonce "avec la plus grande force le lâche attentat" commis à Bamako et va "offrir l’aide de la France" au président malien Ibrahim Boubakar Keïta. "ll y a très vraisemblablement un Français, en cours d’identification, parmi les cinq victimes ayant trouvé à mort. Il n’y aurait pas de Français en revanche parmi les blessés mais des vérifications sont en cours", précise le communiqué.

Le président @fhollande dénonce le lâche attentat perpétré cette nuit au Mali contre un restaurant de Bamako pic.twitter.com/kP68s53lNi

— Élysée (@Elysee) 7 Mars 2015

Manuel Valls s’est déclaré "horrifié" par "l’abjecte attaque terroriste" à Bamako. "Horrifié devant l’abjecte attaque terroriste perpétrée cette nuit à Bamako. Soutien au Président Keïta. Nous ne cèderons jamais. MV", a écrit le Premier ministre sur son compte Twitter.

Horrifié devant l’abjecte attaque terroriste perpétrée cette nuit à Bamako. Soutien au Président Keïta. Nous ne cèderons jamais. MV

— Manuel Valls (@manuelvalls) 7 Mars 2015

Peu après, Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères a condamné un attentat "lâche, ignoble". Le ministre s’est exprimé en marge d’une réunion de l’Union européenne à Riga : "Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles, leurs proches quelle que soit leur nationalité, mais nous avons aussi un compatriote touché", a-t-il déclaré.

L. M. et R.F.

Source : Le Nouvel Obs.



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 68 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration