L'article

7
déce
2014

Mali : Pourparlers d’Alger : Le deal entre Sarkozy et le MNLA est-il toujours de mise ?

Ce papier-commentaire aurait pu également s’intituler « le pétrole-gaz et les ressources sont-ils l’enjeu principal de la crise du septentrion malien ? ». Sinon, comment comprendre l’insistance à vouloir diviser, vaille que vaille, un pays en deux entités sur des bases artificielles ne correspondant à aucune réalité, aucune légitimité et, de surcroît, contre la volonté de la majorité des populations qui l’habitent ?

Sous Nicolas Sarkozy, les responsables du MNLA étaient reçus avec tous les honneurs à l’Elysée. Pour l’ancien président français, le calcul était simple. Il s’agissait de jouer, simultanément, sur deux tableaux : déstabiliser la Libye en soldant, du coup, ses comptes (anciens et nouveaux) avec Kadhafi et, via les effets collatéraux de cette crise, semer le chaos au Mali.

Avec le MNLA, le deal était tout aussi simple : « Je vous aide à créer votre république de l’azawad, en retour vous me laissez disposer, à ma guise, des ressources naturelles dont le sous-sol du nord du Mali regorge, tout en me laissant le loisir de construire une base à Tessalit ». Tout en sachant que le MNLA ne représente guère qu’une infime partie de la communauté Touareg, elle-même ne représentant que … 5% des populations du nord du Mali.

Dans l’entendement des auteurs de ce complot grotesque, la fantomatique république de l’azawad embrasserait les trois régions du septentrion malien (Kidal, Gao et Tombouctou). Alors qu’ils savent tous, très bien, que l’Azawad désigne tout simplement une enclave située entre Tombouctou et Araouane, une localité se trouvant à quelques encablures de la Cité mystérieuse.

Il y a aussi le fait que Sarkozy a étalé son ignorance crasse des réalités du nord du Mali, autrement dit, il allait prendre en compte le fait que la communauté Touareg, loin d’être une entité monolithique, est très stratifiée et hiérarchisée. Et qu’une soi-disant république de l’azawad, comme l’a souligné, avec humour, un ressortissant de Tombouctou, un Touareg bon teint, serait tout simplement dirigée par des corbeaux, après que ses dirigeants se fussent trucidés, à coups de mitrailleuses et autres armes de guerre, dans un combat fratricide pour le contrôle hégémonique.

Les narco-jihadistes ont été le grain de sable qui a, quelque peu, enrayé le plan diabolique mais totalement irréaliste de Sarkozy, même si, quelque part, l’establishment français les manipulent, de temps à autre. La France de François Hollande a été obligée de « voler au secours du Mali » pour stopper leur avancée dangereuse, depuis Konna, vers le sud à travers l’opération Serval. Au Mali, tout le monde a applaudi devant les prouesses militaires du « sauveur français ». Certains Maliens, comble de sentiment de gratitude, iront jusqu’à baptiser leurs enfants du nom du président français.

Mais la lune de miel franco-malienne sera de courte durée. Nombre de Maliens, devant la dure réalité des faits, ne tarderont pas à revenir de leur illusion. Le « sauveur », lui, ne tardera pas à jeter les masques, comme on a pu le constater avec la pénible et très laborieuse montée de l’armée malienne à Kidal. Une question qui est toujours à l’ordre du jour pour la simple raison que l’armée malienne n’est toujours pas maîtresse de Kidal où le MNLA, remis en selle avec l’intervention française, y fait régner sa loi.

En clair, tout se passe comme si le deal passé entre Sarkozy et le MNLA est toujours de mise. A défaut de diviser le Mali en deux entités, le sud et nord, donnant ainsi corps à un vieux projet fou, la Communauté des Etats Riverains du Sahara, qui a lamentablement échoué sous le président Modibo Kéïta, nos amis Français sont revenus à la charge à la faveur de la crise malienne.

Devant la résistance de l’opinion malienne face à ce projet surréaliste-car en fait le MNLA n’est rien d’autre qu’un moyen de pression sur l’Etat malien fabriqué par l’establishment français pour atteindre ses objectifs géostratégiques au Mali-la les dirigeants français n’ont eu de cesse de changer de fusil d’épaule au moyen d’une contorsion sémantique évolutive : indépendance, autonomie et maintenant autogestion. Au-delà de cette contorsion, l’objectif reste le même : la jouissance des intérêts géostratégiques, y compris le pétrole-gaz et les ressources minières.

S’agissant de l’or noir qui est, le plus souvent, accompagné de gaz, il suffit de rappeler que le sous-sol du Mali recèle cinq bassins sédimentaires dont quatre sont situés dans le septentrion malien et susceptibles de contenir du pétrole et/ou du gaz. Il s’agit des bassins de Tamesna et de l’Iullemeden (région de Kidal) du graben de Gao et du Bassin de Taoudéni, l’un des plus grands bassins sédimentaires du monde situé dans la région de Tombouctou. Au sud, il y a le fossé de Nara qui est aussi un bassin sédimentaire prometteur.

S’agissant du bassin de l’Iullemeden, à défaut du pétrole-gaz, ce bassin contient une importante quantité d’eaux souterraines. Il s’agit du système aquifère de l’Iullemeden, cette gigantesque mer souterraine qui se prolonge jusqu’au Nigeria. De sources généralement bien informées, le Nigeria a même déjà commencé à exploiter sa réserve pour l’irrigation et la production d’électricité via des centrales hydroélectriques, à partir de ses eaux souterraines du système aquifère de l’Iullemeden. On comprend l’intérêt de la partie française si l’on sait que, dans 50 ans, l’enjeu des guerres ne serait plus le pétrole-gaz, mais bien l’eau potable. Pour les Occidentaux, proactifs devant l’Eternel, 50 ans c’est déjà arrivé. Il faut se ménager des réserves stratégiques.

Parmi les autres ressources stratégiques du nord du Mali, on peut citer également l’uranium à Kidal- l’on sait qu’il en existe aussi au sud, précisément à Faléa dans la zone de Kita. Si l’on sait que plus 70% de l’électricité produite en France le sont à partir des centrales nucléaires qui ne sont alimentées que par … l’uranium, on comprend aisément l’intérêt de la France pour cette substance. Une électricité bon marché à partir de l’uranium assure, en partie, l’indépendance énergétique de la France et la compétitivité de l’économie française en proie, depuis belle lurette, à une crise sans précédent.

Au nombre de ces ressources, il y a encore les terres rares, sans lesquelles il n’ya pas de technologies de pointe, l’or, le diamant et les pierres fines à Kidal, les phosphates de Tilemsi à Bourem, le lithium pour la production des batteries, le manganèse à Ansongo…Sans compter le fait que les vastes espaces désertiques du Sahara malien peuvent être mis à profit pour produire l’électricité à partir du soleil, une énergie renouvelable d’avenir, et ravitailler ainsi toute l’Europe.

Last but not last, au nombre des intérêts stratégique convoités par la France dans le septentrion malien figure, en bonne place, le point zéro de Taoudéni, une position unique au monde, une espèce de promontoire pour observer le la planète terre surtout, la péninsule arabo-persique, un point névralgique, s’il en est, de la géopolitique mondiale.

Il serait sage et lucide de la part des dirigeants français de discuter avec l’Etat central et légitime du Mali-le véritable gage de stabilité dans le septentrion malien-de ces intérêts géostratégiques, au lieu de courir désespérément derrière un projet irréaliste à propos duquel on n’a pas besoin d’être un génie de la géostratégie pour savoir qu’il est porteur de germes de la déstabilisation et qu’il constituerait une bombe à retardement dont l’explosion, qu’à Dieu ne plaise, pourrait même ébranler les fondations de la France.

Yaya Sidibé

Source : Malijet



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 168 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration