L'article

11
août
2009

Musique : Petit pays échappe à un lynchage à Washington

Le chanteur a signé deux contrats avec deux promoteurs différents pour la même soirée de vendredi 7 août.

Petit Pays a quitté la salle de spectacle du cabaret « Village » la queue entre les jambes. Après son concert raté aux Etats-Unis le 8 août dernier, le « Turbo d’Afrique » a failli être lynché par des fans furieux qui voulaient en découdre avec lui. En fait, « l’Avocat des femmes » n’a pas tenu à ses engagements.

Parti du Cameroun, Petit Pays a signé un contrat avec le promoteur culturel George Happi pour un concert live vendredi 7 août 2009 entre 22h et 4h. Comme à l’accoutumée, le Turbo d’Afrique s’est fait prier en arrivant sur les lieux de l’événement à 3h50. Des fans furieux crient au scandale : « Remboursez ! Remboursez ! » Tout de même, l’artiste monte sur scène, juste le temps pour les forces de sécurité du département de police du comté de Montgomery de demander que les lieux soient vidés, car le cabaret ferme habituellement à 4h00. Sa prestation a duré 6 minutes.

Le concert de Petit pays était pourtant annoncé à grand renfort de publicité, de telle sorte que les 25 tables de cinq places chacune avaient été réservées longtemps à l’avance. Au final, la salle ne comptait pas seulement les 255 mélomanes régulièrement enregistrés qui avaient réservé une place chacun sur les tables. D’autres fans avaient même acheté des tickets individuels de 25 dollars. C’est donc une foule nombreuse constituée d’Américains, de Camerounais, de Nigérians et de Guinéens qui se jettera sur le turbo pour exiger le remboursement de leurs tickets d’entrée.

Le retard de Petit pays au concert de Washington est dû à sa présence au comté de Delaware où il aurait chanté pendant deux heures dans une boite de nuit pour honorer un autre engagement. Après avoir empoché son cachet qui s’élevait à 2 000 dollars, soit plus de 1 millions Fcfa, Petit pays a ensuite loué une limousine pour rallier Washington à une vitesse de 100km/h. Dans l’objectif d’empocher l’autre cagnotte qui s’élevait également à 2000 dollars. Petit pays a dû faufiler entre des bancs pour disparaître dans le voisinage du cabaret.

post scriptum :

Source : Lejour



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 625 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration