L'article

15
déce
2014

On doit les fables de la Fontaine à l’Africain ESOPE !

Nous connaissons tous au moins une fable de La Fontaine que nous avions appris à l’école primaire :

- le corbeau et le renard,
- la cigale et la fourmi,
- le loup et l’agneau
- etc ...

Mais peu de gens savent que La Fontaine n’est pas l’auteur des fables dits de La Fontaine. Ce dernier s’inspira d’un auteur grec nommé Ésope.

" Je chante les héros dont Ésope est le père, Troupe de qui l’histoire, encore que mensongère, Contient des vérités qui servent de leçons. " La Fontaine (1)

C’est à lui, Ésope, que l’on attribue la paternité de la fable comme genre littéraire.

Qui était Ésope ?

Esope aurait vécu au VIIe-VIe siècle av. J.C. Cela nous vient du témoignage du grec Hérodote (v.484-v.420 av. J.C.), présenté comme le père de l’histoire. Généralement on considère Esope comme esclave affranchi devenu Phrygien. Mais en réalité on ne sait pas grand chose de lui.

Par ailleurs, voici ce que nous apprend le Chevalier Lestrange à son sujet :

" S’il faut croire Planude, Camerarius, et quelques autres, Esope naquit à Ammorius Ville de la Grande Phrygie. Il y en a même qui le font naître à Thracin et d’autres Samien. Tout çà est confus. Ce qui est certain, c’est qu’il avait été esclave et le plus difforme de tous les hommes. Il avait la tête en pointe, le nez plat, les lèvres grosses ; Il était bossu par devant et par derrière. Il avait le ventre d’une grosseur prodigieuse, les jambes tortues et le teint si basané qu’il donna lieu à son nom, car Esope et Éthiopien c’est la même chose".

Effectivement, le terme Éthiopien signifie en grec "visage brulé par le soleil", c’est ainsi que les Grecs nommaient dans l’antiquité toutes les personnes ayant la peau "noire". Et si certains auteurs nous ont présenté Esope, le fabuliste, précisément comme un Africain - , je dois l’avouer, la thèse est d’autant plus séduisante que ses fables ont la saveur des fables Africaines et que, comme l’écrit Alain Bourgeois, son nom grec, Aisôpos, pourrait dériver de Aithiops/Aithiops .

Selon une autre source, Ésope est né en Nubie entre VII et VI siècle avant notre ère. Autrement dit, Ésope était un Africain. La légende confirme qu’Esope était un être disgracieux et bègue, d’après une terrible description faite de lui par Maximus Planude. Il fut emmené en Phrygie où il sera esclave de plusieurs maîtres successivement et aurait voyagé dans plusieurs continents après avoir été affranchi et pris la citoyenneté grecque. Envoyé dans diverses cités grecques comme émissaire de Crésus, il fut chargé par celui-ci, de porter des offrandes au temple de Delphes. Là, il dévoila les fraudes commises par les prêtres d’Apollon qui se vengèrent en l’accusant de vol d’une coupe en or consacrée aux Dieux.

Esope fut jugé et condamné à être jeté du haut d’un précipice. Après la mort d’Esope, le malheur, dit-on, s’abattit sur Delphes et ses habitants. Le recueil qui, aujourd’hui porte le nom d’Ésope, est une compilation, constituée de paraphrases en prose des fables de Babrias, qui fut établie au XIème siècle. Ses écrits ont fortement influencé la littérature de l’Occident ; ils inspirèrent Jean de La Fontaine, Phèdre, Avianus et bien d’autres.

Esope serait l’auteur de fables qui faisaient partie de la tradition orale. Les fables d’Esope, recueillies par Démétrios de Phalère représentent sans doute le recueil de fables le plus lu de la littérature classique. Le poète grec Babrias donna une version en vers des récits ésopiques, probablement aux alentours des Ier et IIème siècles avant J.-C. Phèdre s’en inspira d’ailleurs pour écrire une version en latin (Ier siècle avant J.-C.).

En fait, plusieurs Éthiopiens ("noirs") ont joué un rôle important dans la mythologie grecque :

•Céphée et Cassiopée, roi et reine d’Éthiopie ;

•Andromède, de parents éthiopiens (Persée, originaire de Chemmis, Égypte) ;

•Memnon, prince éthiopien combattant dans la guerre de Troie." Homère le décrit comme le plus bel homme de Troie" (2)

•Circée (3)

•Delphos, fondateur de Delphes (4)

" Deux colombes noires envolées de la Thèbes des Egyptiens gagnèrent, l’une la Lybie, l’autre leur pays (Dodone) ; celle-ci se posa sur un chêne et parlant avec une voix humaine, déclara qu’il fallait établir en cet endroit un oracle de Zeus [...] Le nom de colombe leur fut donné, je pense, par les Dodonéens parce qu’elles étaient étrangères et que leur langage était pour eux semblables au ramage des oiseaux. Enfin en disant que cette colombe était noire, ils veulent faire entendre que la femme était égyptienne ". Hérodote (5)

De l’origine africaine d’Ésope, on en parle peu : c’est une information que l’on ne mentionne pas dans les cours de Français et de Littérature ; une information que même les professeurs ignorent... Dans son ouvrage "Du pays, de la condition, de la figure et de la vivacité d’esprit D’Esope", Maxime Planude, grammairien et philologue du XIII ème siècle, écrit pourtant à propos D’Ésope :

" Plusieurs grands hommes se sont appliqués à examiner la nature des choses humaines, et les causes des révolutions, pour en instruire la postérité. Il semble, quand on considère la sagesse et le bon sens qui brillent dans les ouvrages d’Esope, qu’il ait été divinement inspiré, pour donner aux hommes tant de préceptes de morale, si beaux et si utiles, et qui surpassent infiniment tous ceux que les plus grands philosophes avaient donné jusqu’alors ".

Alors que tant de préjugés perdurent en ce 3e millénaire, le fait d’enseigner que La Fontaine, un poète de renommée mondiale, s’inspira des fables d’Ésope - un Africain -, changerait la perception de l’Africain et rétablira une vérité historique.

Outre Ésope, nous pouvons citer un autre Noir qui a fortement contribué à l’essor de la pensée occidentale : Zenon de Cittium.

L’apport de Zenon est considérable et non négligeable en ce sens qu’il est le fondateur de l’école philosophique stoïcisme dont est issu des éminents philosophes comme Cicéron, Sénèque, Épictète ou Marc Aurèle. Dans son ouvrage, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres, Diogène Laerce nous apprend ceci : "Le surnom palmier d’Égypte ou clématite égyptienne était, selon Démétrios, une expression pour désigner un "homme grand et noir de peau".

Il n’est donc guère étonnant que certains noirs comme Ésope ou Zenon de Cittium, deux Noirs, aient influencé la pensée occidentale. Tout comme pour Esope, peu de gens savent que Zenon, le fondateur du stoïcisme, était un homme Noir. Si vous dites cela à un professeur de philosophie, il est presque certain qu’il vous rira au nez.

"Half the story had never been told" Bob Marley

L’histoire de l’humanité a été "falsifiée" au péril de certains peuples, alors que le monde s’ébranle et se transforme, il nous faut rétablir la vérité de sorte que chaque peuple, en se réconciliant avec son passé, puisse contribuer à l’établissement d’une nouvelle demeure pour tous. Prisonniers de la matrice coloniale, coupés de son ancestralité, l’homme n’a pas encore contemplé son propre reflet, sa grandeur ... Sa divinité.

(1) La Fontaine.net

(2) Jean Philippe Omotunde, Les racines africaines de la civilisation européenne, pages 181

(3) Idem, pages 179

(4) Wikipédia

(5) Hérodote, Livre II, 55



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 730 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration