L'article

30
sept
2015

Poutine autorisé à envoyer des soldats à l’étranger, donc en Syrie

A la manœuvre, diplomatiquement et militairement, dans le dossier syrien, le président russe, Vladimir Poutine, a été autorisé par le Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, à déployer des soldats à l’étranger, rapporte le Kremlin.

L’examen d’une résolution autorisant l’usage de la force militaire à l’étranger, sans mentionner la Syrie, a eu lieu dans la journée de mercredi, à huis clos, rapportent plusieurs agences de presse russes, citant le président du Conseil de la Fédération. La dernière autorisation donnée au déploiement de troupes russes à l’étranger avait coïncidé avec la prise, puis l’annexion, de la Crimée, en mars 2014.

Répondre à la demande de la Syrie

Le président Bachar Al-Assad a demandé à Moscou d’intervenir en Syrie, a justifié le chef de l’administration présidentielle, Sergueï Ivanov, juste après le vote. « Le président syrien s’est adressé au gouvernement de notre pays pour lui demander de lui fournir une aide militaire », a-t-il déclaré aux journalistes. Moscou agira conformément « aux normes du droit international ».

Dans l’émission « 60 Minutes » de la chaîne CBS, diffusée dimanche soir, Vladimir Poutine déclarait : « La Russie ne participera à aucune opération terrestre sur le territoire syrien ou dans aucun autre pays. Enfin, au moins nous ne le prévoyons pas pour l’instant. » « Mais nous envisageons d’intensifier notre travail avec à la fois le président Assad et nos partenaires dans d’autres pays », en allusion à l’Iran et à l’Irak, soutiens du régime syrien.

Renforcement de la présence militaire

La Russie, qui milite pour une large coalition contre l’Etat islamique incluant Damas et Téhéran, est engagée, depuis plusieurs mois, dans un renforcement de sa présence militaire en Syrie, où elle soutient le régime de Bachar Al-Assad. Sarcastiquement baptisé « Syria Express » par les « spotters » (photographes passionnés), les blogueurs et les observateurs avertis, le nombre de bateaux arborant la croix de Saint-André, transitant par le détroit, s’est considérablement accru avec la montée en puissance de la présence militaire russe en Syrie, comme l’indiquent les passages compilés par le site turc Bosphorus Naval News.

Direction plus que probable : le port syrien de Tartous dans l’ouest du pays, où la marine russe dispose de facilités de mouillage et d’installations de ravitaillement et de réparation depuis 1971. Une présence encore trahie dernièrement par les photos de marins russes publiés sur les réseaux sociaux.



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 58 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration