L'article

6
août
2015

Refoulée des Etats-Unis à cause d’une conversation sur Facebook

C’est une étrange histoire que relaient de nombreux médias allemands, dont le Spiegel et le Tages Spiegel. A les croire, une jeune Allemande s’est vue refoulée des Etats-Unis en raison d’une conversation privée qu’elle a eue sur Facebook.

Grillée par un tchat sur Facebook

Venue rendre visite à l’une de ses cousines vivant à Cleveland, la jeune fille de 19 ans a été interrogée par les autorités lors d’une escale à l’aéroport de Philadelphie. Après un premier entretien tendu, elle raconte avoir été renvoyée vers un deuxième interrogatoire. Là, une femme policier lui dit ne pas croire à sa version de l’histoire. Selon elle, la jeune Allemande a menti sur les raisons de son voyage : les quatre mois qu’elle s’apprête à passer aux Etats-Unis ne sont pas des vacances, mais du travail déguisé.

Et à en croire le témoignage de la jeune fille, les autorités américaines tirent cette information de son compte Facebook, sur lequel elle aurait échangé avec sa cousine avant de venir. En lui proposant notamment de garder ses enfants dans le but de la remercier pour l’hébergement.

Pour la police américaine, le deal s’apparente à du travail au noir de jeune fille au pair. La passagère allemande aurait donc été priée de quitter le territoire.

Contacté, le service des douanes de l’aéroport de Philadelphie nous confirme, par la voix d’un porte-parole, que la jeune Allemande en question s’est bien vu refoulée. Néanmoins, il refuse d’en dire plus sur les raisons de ce refus, au motif que la loi américaine (le Privacy Act) interdit de divulguer le détail de ce genre de procédures.

Afin d’en savoir plus sur la façon dont la policière américaine a eu connaissance de ces informations privées, nous avons également sollicité la jeune Allemande – sans succès pour l’instant. Téléphone, tablette, clé USB... on fouille tout !

Si cette anecdote semble incroyablement intrusive, elle demeure néanmoins réaliste. Comme le rappelait Le Parisien en 2014, de nombreux pays se réservent le droit de consulter les données contenues sur les ordinateurs des passagers. Et cela peut aller jusqu’à la copie du disque dur !

En cours notamment en Chine, la pratique est aussi valable au Canada et, donc, aux Etats-Unis. Sans mandat ni motif de suspicion particuliers, la police aux frontières a en effet le droit de fouiller les données de n’importe quel passager.

En 2013, l’association américaine de défense des libertés, l’ACLU, avait mis en lumière cette pratique mise en place, comme souvent, au nom de la lutte contre le terrorisme. Elle racontait alors comment elle avait obtenu des documents officiels sur le sujet en déposant plainte après une fouille réalisée en novembre 2010 à l’aéroport de Chicago, à l’encontre d’un soutien de Chelsea Manning – l’ancien militaire américain qui a donné des documents confidentiels à l’organisation WikiLeaks. Cette personne s’est vu confisquer ordinateur portable, téléphone, appareil photo et même clé USB après un interrogatoire.

Dans le même goût, David Miranda, le compagnon du journaliste Glenn Greenwald, qui a relayé les premières révélations d’Edward Snowden, a été détenu neuf heures en 2013 dans un aéroport britannique... Là encore, ses appareils électroniques ont été consciencieusement examinés.

Le pire, c’est qu’il est très difficile de s’opposer à la fouille de ses appareils – un refus pourrait être vu comme une obstruction. Et en la matière, les autorités américaines ne semblent pas avoir de limite : en 2014, elles annonçaient par exemple qu’elles refuseraient désormais l’embarquement de tablettes et de téléphones qui ne peuvent être allumés – au nom, là encore, de la lutte antiterroriste. Et sur ce document officiel [PDF], la douane américaine explique que grosso modo, elle se garde le droit de fouiller, copier, et garder la moindre info stockée sur le moindre appareils électronique... Même si elle assure, dans le même temps, qu’elle :

« protégera les individus contre des recherches et saisies démesurées et garantira la protection à la vie privée tout en assurant sa mission. »

En résumé, donc : si vous voyagez, prenez garde à ne pas laisser traîner sur vos appareils des infos que vous ne souhaiteriez pas voir s’afficher sous les yeux d’un policier étranger...

Andréa Fradin

Source : http://rue89.nouvelobs.com/2015/08/...



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 230 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration