L'article

2
nove
2014

Révolution au Burkina Faso : nous avons le devoir de dire NON à Zida

Source : Mur de Nathalie Yamb

Ce qui se passe au Burkina Faso n’est rien d’autre qu’un coup d’Etat du numéro 2 de la garde présidentielle de Blaise Compaoré. Les militaires ne peuvent pas violer la constitution du Burkina impunément.
Le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida fait exactement ce que Dadis Camara a fait en Guinée et Sanogo au Mali : un coup contre la constitution du pays.
Le peuple du Faso ne peut pas interdire le viol d’un article de sa constitution par un militaire nommé Blaise Compaoré et autoriser que la garde présidentielle de ce dernier vienne violer la constitution entière avec ses 173 articles.

Il ne faut pas accepter ni applaudir le putsch contre le peuple du Burkina Faso par l’armée de Compaoré. Nous devons le condamner. Qui a donc tué les jeunes burkinabés qui ont perdu la vie lors des manifestations ? N’est-ce pas cette même armée ?

Après avoir été victimes de Blaise toutes ces années durant, faut-il que les populations acceptent d’être maintenant victimes de sa garde prétorienne ? Qu’est-ce qui permet aux uns et aux autres de penser que l’armée du Burkina serait meilleure que la classe politique ou la société civile du Burkina, alors que la constitution ne confie aucune mission à cette armée ? Pourquoi croit-on facilement en Afrique que le militaire est meilleur gestionnaire des crises que les civils ?

Nous avons dit NON à Dadis en Guinée.
Nous avons dit NON à Sanogo au Mali.
Nous avons le devoir de dire NON à Zida au Burkina.
(LIDER)



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 229 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration