L'article

8
octo
2015

Samsung crée un fond pour dédommager ses salariés atteints de cancer

Le fonds sera doté de 78 millions d’euros et concernera également les familles des employés. Près de 200 travailleurs auraient été malades, et 70 seraient décédés, après avoir travaillé dans les usines du groupe, chiffre l’association Sharps.

Les salariés de Samsung Electronics ont eu gain de cause. Le groupe sud-coréen a annoncé en début de semaine la création d’un fonds de dédommagement de 100 milliards de wons, soit l’équivalent de 78 millions d’euros, pour ses employés atteints d’un cancer, le personnel sous contrat ainsi que les familles des victimes, révèle Reuters. Le fonds permettra également de financer des recherches et former des experts pour améliorer les conditions de sécurité au sein des usines du groupe. « Nous avons échoué à apporter l’attention nécessaire à la douleur et aux difficultés des victimes et de leurs familles », s’était excusé en mai 2014 Kwon Oh-Hyun, directeur général de Samsung. L’association sud-coréenne de soutien pour le droit et la santé des employés de l’industrie de semi-conducteurs Sharps, qui représente une grande partie des ouvriers touchés, chiffre à près de 200 le nombre de travailleurs malades après avoir occupé des postes dans les usines du groupe fabricant des semi-conduteurs et 70 décès. La proposition de Samsung fait suite à des négociations entre les ouvriers, des experts et la firme.

En 2014, Samsung présente officiellement ses excuses

L’histoire, elle, remonte à 2007. Le père d’une des employées du groupe a voulu connaître l’origine de la maladie de sa fille Hwang Yu-mi, morte d’une leucémie, relate Le Monde. Le groupe avait alors nié toute corrélation entre les malades et les postes occupés. En 2011, face aux nombreux malades et décès, plusieurs membres des familles de victimes ont lancé une action en justice contre Samsung, qui a du les dédommager. Un an plus tôt, la firme avait reconnu 22 cancers en treize ans chez ses ouvriers, dont dix décès, ajoute Le Monde.

Il faudra attendre 2014 pour que le groupe présente officiellement ses excuses et promette le dédommagement des victimes... sans toutefois reconnaître le lien entre les malades et le travail effectué. Le film « Another Promise », sorti en février 2014 et qui raconte l’histoire de Hwang Yu-mi, a permis de mettre en lumières les cancers des salariés de l’entreprise. Des demandes d’indemnisation qui ne touchent pas que les entreprises coréennes. En France, le groupe Alstom a lui été condamné en juillet à dédommager 54 ex-salariés de son site de Saint-Ouen. Ces derniers demandaient réparation, au titre du préjudice d’anxiété, pour avoir été « délibérément exposés » à l’amiante durant leur carrière. Alstom devra verser 5000 euros à chacun, et 500 euros au titre des frais de procédure. Les ex-employés réclamaient eux 15.000 euros de dommage et intérêts à l’entreprise.

Source : Le Figaro



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 50 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration