L'article

23
mars
2015

Santé : ces 8 plantes vous veulent du bien

Utilisées avec précaution, elles soulagent de nombreux maux. Voici la sélection de l’ethnopharmocologue Jacques Fleurentin.

Près de 400 plantes médicinales sont inscrites à la Pharmacopée française. 198 d’entre elles ont des indications thérapeutiques encadrées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Parmi elles, une cinquantaine sont vendues exclusivement en pharmacie. Les autres peuvent aussi s’acheter dans des herboristeries, voire sur internet. Le pharmacien et ethnopharmacologue Jacques Fleurentin, ex-directeur du laboratoire de recherche en pharmacologie de l’université de Metz, a recensé leurs vertus dans un ouvrage, "Du bon usage des plantes qui soignent" (Editions Ouest-France).

Il détaille pour "l’Obs" les qualités de huit d’entre elles, faciles à dénicher.

# La baie de goji

Très riche en vitamine C, le fruit rouge de cette plante est traditionnellement recommandé en Chine pour accroître la longévité et renforcer le tonus sexuel. En France, il n’a pas d’indication officielle, mais est considéré comme un bon stimulant des défenses naturelles. A consommer tel quel en traitement d’attaque pendant l’hiver. Posologie chez l’adulte : 1 cuillère à soupe par jour. Précaution : ne pas associer aux traitements anticoagulants.

# Le curcuma

Cette épice est issue d’une plante originaire d’Inde. Jacques Fleurentin vante "les propriétés digestives, anti-inflammatoires et hépato -protectrices" de son rhizome, riche en polyphénols. Concernant d’éventuelles propriétés de prévention du cancer, "les études faites sur l’animal et sur culture cellulaire sont encourageantes ", note-t-il. En revanche, le curcuma est à éviter pendant une chimiothérapie, car des interactions néfastes pourraient exister avec des anticancéreux agissant par oxydation. L’indication usuelle reconnue concerne les troubles digestifs en cas d’insuffisance hépatique et le manque d’appétit. Posologie : 1,5 à 3 grammes de poudre. Contre-indication : obstruction biliaire. Déconseillé chez la femme enceinte ou allaitante.

# L’eschscholtzia

Les Indiens d’Amérique se servaient des feuilles du pavot de Californie pour soulager leurs maux de dents. Aujourd’hui, on utilise sa fleur séchée pour combattre l’anxiété, la nervosité, le stress et favoriser l’endormissement de l’adulte ou de l’enfant. Dispensé en pharmacie. Posologie : en infusion de quinze minutes, 6 à 10 grammes pour 1/2 litre d’eau, 3 fois par jour en cas d’anxiété. Après le repas du soir ou au coucher pour l’insomnie.

# Le ginkgo

Cet arbre sacré symbolise la dualité du yin et du yang et la longévité. On utilise les propriétés de ses feuilles séchées en cas d’insuffisance veineuse avec sensation de jambes lourdes, contre les troubles de la microcirculation artérielle et les déficiences cérébrales des personnes âgées. Attention, pas d’infusion ni d’automédication. Prendre le ginkgo sous forme de médicaments à base d’extraits titrés sur les conseils d’un pharmacien ou sur prescription d’un médecin.

# L’huile de bourrache

Les graines écrasées de cette plante herbacée à la fleur bleutée produisent une huile à acides gras insaturés (oméga 6) qui stimule la régénération de la peau. Elle sert aussi de traitement adjuvant de l’eczéma. Se prend par voie orale. Posologie : 0,5 gramme par jour pendant trois mois. Pas de précaution d’emploi.

# Le millepertuis

Vendu seulement en pharmacie, il aide à combattre les dépressions mineures. Il convient de vérifier ses contre-indications car il active des enzymes qui nettoient le foie de substances étrangères, notamment de certains médicaments. Un vrai problème dans le cadre d’une trithérapie contre le sida, d’une contraception avec pilule minidosée ou après une greffe d’organe. Posologie : faire infuser dix minutes de 2 à 4 grammes pour 1/4 de litre d’eau, à boire quotidiennement. Déconseillé à la femme enceinte ou allaitante et aux enfants de moins de 18 ans.

# L’olivier

La feuille est utilisée par voie orale contre les hypertensions modérées. "Son action est remarquable", souligne Jacques Fleurentin. On ne doit y recourir que dans le cadre d’une médecine complémentaire, et non alternative. "Si l’on est hypertendu, il ne faut pas abandonner ses traitements médicamenteux classiques". Utile aussi en cas de cholestérol élevé. Posologie : infusion de dix minutes, 10 grammes pour 1/4 à 1/2 litre d’eau par jour en deux prises. Déconseillé aux moins de 18 ans.

# Le sureau noir

"Une plante doublement intéressante", selon notre pharmacien. La fleur est diurétique et la baie est indiquée dans le traitement symptomatique des affections de l’hiver. Des essais in vitro ont démontré les propriétés antivirales du fruit sur les virus de la grippe H1N1 et de l’herpès. Un essai clinique sur la grippe montre une amélioration des symptômes et une diminution de la durée de la maladie. Posologie : en infusion, dix minutes pour 5 à 10 grammes de fleurs ou de fruits pour respectivement 1/2 litre à 1 litre d’eau, à boire dans la journée.

Corinne Bouchouchi

Source : L’Observateur



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 84 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration