L'article

15
juil
2015

Sarkozy : L’opportuniste ou l’homme sans conviction ?

Sur des questions sociétales ou économiques, l’ancien président Français depuis son retour en politique fait des revirements spectaculaires ....

Avec lui, c’est souvent le même schéma qui se répète : d’abord la mise en avant des valeurs humanistes puis quelques années plus tard, quand les circonstances électorales l’imposent, et qu’il s’agit de conquérir les électeurs plus droitiers ou face à la menace du FN, Nicolas Sarkozy durcit le ton. Au risque de se contredire. Il y a quelques semaines, c’était à propos du droit du sol. Et ce n’était pas la première variation, loin de là, Puisqu’il est même devenu un spécialiste du genre. Un coup c’est pile, un coup c’est face.

Le droit du sol

PILE : 2003, Nicolas Sarkozy face sur France 2 : Un enfant né en France a le droit de demander d’être Français. C’est comme ça que la France est devenue un grand pays".

FACE : Nicolas Sarkozy en 2015, devant les nouveaux adhérents de son parti Les Républicains : Faut-il remettre en cause le droit du sol ? Cette question, incontestablement, peut se poser"

Le droit de vote des étrangers

PILE 2005 : Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur, en marge d’une conférence de presse à Calais : J’ai considéré que le droit de vote aux seules municipales, pour des étrangers présents depuis dix ans sur le territoire national, respectant nos loi, payant leurs impôts, et ayant des papiers était une question qui devait être ouverte. En ce qui me concerne, j’y suis favorable."

FACE 2011 : Nicolas Sarkozy devant les maires réunis pour leur 94e congrès : Je crois que le droit de voter et le droit d’être élu dans nos territoires doit demeurer un droit attaché à la nationalité française."

Le mariage pour tous

PILE 2014 : Dans ce cas, le glissement se fait au cours du même discours devant les militants de Sens commun, prolongement de la Manif pour tous au sein de l’UMP qui poussent Nicolas Sarkozy alors candidat à la présidence du parti dans ses retranchements. Il commence : Il faut réécrire de fond en comble la loi Taubira"

FACE : Puis, quelques minutes plus tard, sous la pression de la foule : Si vous voulez appeler ça abrogation..."

Le gaz de schiste et le principe de précaution

PILE 2011 : Nicolas Sarkozy s’oppose à la délivrance de trois permis exclusifs de recherche de gaz de schiste dans le sud de la France. Devant les opposants au gaz de schiste, il déclare : Je n’autoriserai pas l’exploitation du gaz de schiste par fragmentation hydraulique. Je sais que Total a déposé un recours mais de toute façon, pour nous, ce sera non."

FACE 2014 : A Lambersart Nicolas Sarkozy fait son grand retour, deux ans après sa défaite à la présidentielle. Fini le principe de précaution, voilà le principe de responsabilité : Je ne peux pas accepter que les Etats-Unis soient devenus du point de vue de l’énergie indépendants grâce au gaz de schiste et que la France ne puisse pas profiter de cette nouvelle énergie alors que le chômage ravage tant de nos territoires et tant de nos familles, c’est inacceptable." Je souhaite clairement que nous réfléchissions aux conséquences du principe de précaution auquel je préférerai toujours le principe de responsabilité."

Le voile à l’école et à l’université

PILE 2003 : Lors du débat sur le foulard à l’école, Nicolas Sarkozy émet quelques réticences et s’inquiète des conséquences d’une interdiction : Avec cette loi, vous communautariserez les gens parce que vous direz aux Français dont les familles croient qu’ils n’ont plus leur place dans l’école de la République. […] La loi qui exclura les petites parce qu’elles croient les poussera dans des écoles confessionnelles musulmanes où le voile ne sera pas une possibilité mais une obligation"

FACE En 2015 : il est désormais favorable à l’interdiction du voile y compris à l’université : La République, c’est la laïcité. Je ne vois pas la cohérence d’un système où l’on n’autoriserait pas le voile à l’école et où on l’autoriserait à l’université"

L’aide médicale d’Etat

PILE 2012 : Lors de son meeting du Raincy, le candidat Sarkozy promet : On soigne les gens quelle que soit leur couleur de peau, quelle que soit leur nationalité, qu’ils aient de l’argent ou qu’ils n’en aient pas. Je ne toucherai pas à l’aide médicale d’urgence."

FACE 2014 : Finalement l’AME coûte trop cher, estime Nicolas Sarkozy lors d’un meeting à Marseille. Je ne peux accepter que l’AME, qui en 2012 représentait 500 millions d’euros, en 2013, ait augmenté de 50%… S’il y a de l’argent pour l’AME, je ne vois pas pourquoi on prendrait de l’argent aux familles pour financer des trous dont on ne sait pas à quoi ils servent.".

Source : Le Nouvel Obs



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 100 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration