L'article

7
déce
2014

USA : Bavures policières, un problème de racisme, mais aussi un problème de police !

Derrière les drames de Ferguson, Cleveland, New York ou Phoenix, il y a la question du racisme. Mais aussi celle que pose l’incroyable complaisance de cette société pour l’omnipotence des policiers.

Dans la première partie de son discours "I have a dream", Martin Luther King s’interrogeait sur les conditions qui permettraient un jour aux militants des droits civiques de se considérer comme "satisfaits" : ’Quand serez-vous enfin satisfaits ?’ Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que le Noir sera victime des indicibles horreurs de la brutalité policière. Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que nos corps recrus de la fatigue du voyage ne trouveront pas un abri dans les motels des grand routes ou les hôtels des villes. Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que la liberté de mouvement du Noir ne lui permettra guère que d’aller d’un petit ghetto à un ghetto plus grand.

Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que nos enfants seront dépouillés de leur identité et privés de leur dignité par des pancartes qui indiquent : ’Seuls les Blancs sont admis.’ Nous ne pourrons être satisfaits tant qu’un Noir du Mississippi ne pourra pas voter et qu’un Noir de New York croira qu’il n’a aucune raison de voter. Non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits tant que le droit ne jaillira pas comme les eaux et la justice comme un torrent intarissable."

Un demi siècle après ce magnifique discours, le droit et la justice ont certes progressé aux Etats-Unis : les pancartes infâmes évoquées par le pasteur visionnaire ont disparu depuis longtemps et les Noirs peuvent fréquenter non seulement les motels, les hôtels mais aussi le bureau ovale de la Maison Blanche. Reste la première condition posée par le King : les "indicibles horreurs de la brutalité policière", elles, persistent hélas.

L’Amérique post-raciale, pas si "post" que ça

Comme viennent le rappeler les drames de Cleveland, Ferguson, New York ou Phoenix, dans des villes et comtés américains, quand un Noir est jugé menaçant, on peut encore le tuer comme une bête enragée. Même s’il n’est pas armé. Même si c’est un enfant. La télévision conservatrice Fox News a beau souligner que le nombre de noirs tués par la police a baissé de 70% en 50 ans (estimation qui reste à vérifier), il n’empêche : il est toujours impossible de se déclarer "satisfait". Le "torrent intarissable" rêvé par Martin Luther King ne jaillit toujours pas. L’Amérique "post-raciale" d’Obama n’est pas si "post" que cela.

Les journaux américains soulignent, à juste titre, les biais racistes, souvent inconscients, de nombreux policiers blancs. De fait, pour certains d’entre eux, la vie d’un Noir pèse clairement moins que celle d’un autre homme. Et pour beaucoup, la seule couleur de la peau constitue une menace.

Comment mettre fin à "l’indicible horreur"

Ces préjugés raciaux sont enracinés dans la psyché profonde de l’Amérique : pour en saisir la puissance, il faut aller remuer le péché originel américain, l’esclavage, et son corollaire : la peur terrible, transmise de générations en génération d’une révolte. La blessure léguée par ce passé est toujours béante : ce sont les maux sociaux dont sont victimes de nombreux Noirs.

Pour autant, le racisme policier, terriblement choquant, n’est pas la seule cause de la mort de Michel Brown, Eric Garner ou Rumain Brisbon. Et s’il est difficile aux autorités fédérales et des Etats d’extirper des têtes des policiers leurs préjugés racistes, elles peuvent agir sur d’autres leviers pour mettre fin à "l’indicible horreur de la brutalité policière" évoquée par Martin Luther King. Trois d’entre eux, notamment, peuvent être actionnés rapidement.

Réglementer le port d’armes

Pour commencer, la réglementation du port d’armes à feu : réduire la circulation des flingues rendrait évidemment moins nerveux les policiers, quelle que soit la couleur de leur peau et celle de leur interlocuteur. En Grande-Bretagne, où les armes sont rares, les citoyens ont, à population comparable, 100 fois moins de risques de se faire tuer par la police que les Américains.

Mieux former les policiers

Deuxième levier, un meilleur encadrement, une meilleure formation des policiers : il est difficile d’imaginer qu’aux Etats-Unis aujourd’hui, un policier soit autorisé par la loi à tuer sans qu’il n’y ait en face de menace vraiment sérieuse pour sa vie ou celle d’autres personnes. Une tribune d’un ancien policier, publiée dans le Washington Post cet été, était de ce point de vue éloquente :

Disons les choses abruptement : si vous ne voulez pas recevoir une balle, si vous ne voulez pas être tasé, aspergé de gaz lacrymos, frappé d’un coup de matraque ou plaqué au sol, faites ce que je vous dis : ne discutez pas, ne m’insultez pas, ne me dites pas que je suis un sale raciste, ne me menacez pas de poursuites pour me faire radier de la police. Ne criez pas que c’est vous qui payez mon salaire, ne pensez même pas une seconde que vous pouvez avancer agressivement vers moi".

Le pouvoir des policiers est conforté par une incroyable complaisance de la société à leur égard. Changer cette culture du "shoot first" est pourtant possible, comme le constate Jamelle Boulle , blogueur chez State.com, qui cite les bons résultats enregistrés à Philadelphie : la police n’a tué "que" trois personnes cette année, contre 13 l’an dernier et 16 en 2012. Simplement parce que les autorités policières ont décidé de revoir leurs pratiques. Le nombre de tirs à l’arme à feu, par la police de Philadelphie, est passé de 48 à 18 en deux ans (ce qui reste élevé : en Grande-Bretagne, il n’y a eu que trois tirs policiers l’an dernier...).

Bannir le sentiment d’impunité

Enfin, il faudrait mettre fin au sentiment d’impunité des policiers. Ceux qui tuent ou blessent des personnes sans réelle raison devraient être durement sanctionnés, et ceux qui gardent leur sang froid dans des situations tendues devraient être récompensés. On en est encore loin, comme peuvent le constater douloureusement, dans leur deuil, les familles de Michael Brown à Ferguson ou d’Eric Garner à New York.

Source : Le Nouvel Obs



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 216 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration